Avec son atelier dans le Kreiz Breizh, Nicolas en pince pour la Petite Reine

A Lanrivain (22), Nicolas Grammatico a créé « Les routes de la transition », un projet autour du vélo et du zéro déchet. Dans son atelier, il prépare, répare et entretien les bicyclettes dans une démarche écologique. Un véritable virage professionnel pour celui qui était auparavant consultant en informatique pour des banques.

Lanrivain, petit bourg des Côtes-d’Armor, niché au cœur de la campagne boisée du Kreiz Breizh. Si la commune et son hameau Saint-Antoine sont connus pour être l’épicentre du festival Lieux Mouvants, la localité est aussi désormais connue des fans et utilisateurs de cycles. Car c’est ici que s’est installé Nicolas Grammatico avec « Les routes de la transition », son atelier dédié au vélo. Dans un grand conteneur bleu, situé non loin de son habitation, il jongle aujourd’hui entre des bicyclettes, des roues, des fourches, et tout un tas d’outils, lui permettant de monter des vélos, les entretenir, ou bien encore de les préparer pour un usage spécifique.

L’aventure de Nicolas au royaume du biclou démarre « il y a 4 ans ou 5 ans, alors que j’habitais encore Paris », se souvient-il. Consultant en informatique pour les banques, il commence à trouver la capitale bien trop dense et la vie parisienne un peu intense…Et son travail est de moins en moins en accord avec ses convictions. Le déclic pour le vélo est arrivé un jour à Pantin, le long du Canal de l’Ourq, lieu de passage de l’Eurovélo (un réseau de 17 véloroutes et pistes cyclables à travers l’Europe, ndlr). « J’ai cherché ce que c’était sur internet, et l’idée de parcourir l’Europe à vélo m’a bien plu ». Nicolas achète alors un vélo hollandais d’occasion, le début de sa nouvelle passion. Puis, s’ensuit un déménagement à Nantes, ville où la bicyclette a toute sa place. « Là bas, c’était très avancé en terme au niveau du vélo, et beaucoup plus sécurisant en terme de circulation. Du coup j’ai eu envie de faire tout avec mon vélo, aller au travail, les courses… », se souvient-il. En parallèle, il s’investit dans une association dédiée au zéro déchet. Trouvant son vélo du moment finalement assez peu adapté, il décide de contacter un artisan parisien pour faire fabriquer un vélo de voyage. Nouveau déclic. « C’est lui qui va me donner envie de monter mon atelier ». Nicolas souhaite alors partir à l’aventure et relier Nantes à Toulouse en vélo, en faisant une centaine de kilomètres par jour, dans une démarche de voyageur zéro déchet. « Je voulais montrer que ce mode de déplacement pouvait concurrencer le train. Ca a été une belle expérience, mais j’étais beaucoup trop chargé, j’ai commis les erreurs classiques. Mais maintenant, je peux donner plein de conseils sur le sujet ! », sourit-il.

Nicolas quitte ensuite son travail, et migre plus au nord vers Guingamp. Il commence alors à bidouiller des vélos,et apprendre à démonter-remonter des pièces « tout seul  dans une grange ». Le vélo, sa passion, il veut en faire son métier, en cohérence avec son mode de vie et les valeurs qu’il veut défendre. Il trouve ses premiers clients parmi ses amis et connaissances. et passe aussi un Certificat de Qualification Professionnelle Technicien Cycle, afin de parfaire ses connaissances et d’avoir un diplôme. A Lanrivain, où il y a davantage de place et où il a posé son conteneur-atelier, Nicolas propose du montage de vélo « à la carte », suivant les besoins du client, modernise certaines montures, les transforme pour le voyage, réalise l’entretien courant…le tout dans une démarche la plus écologique possible. « J’utilise le plus possible de pièces et d’outils de seconde mains, et je réduis l’utilisation des produits chimiques au strict minimum. Dans toutes mes activités, j’essaie de réduire l’impact », affirme-t-il. Nicolas propose aussi aux personnes intéressées un accompagnement personnalisé au montage de vélo, de l’aide à la recherche d’occasions, ou encore des formations à la mécanique et aux opérations d’entretien courantes. De quoi, à l’heure ou le prix de l’essence ne cesse d’augmenter, se motiver à se remettre en selle et à enfourcher son vélo plus sereinement.

Plus d’infos : https://lesroutesdelatransition.fr

Attention, Nicolas ne reçoit que sur rendez-vous, pour le contacter, dirigez vous vers son site ou sa page Facebook




Le festival Alimenterre de retour pour défendre une alimentation durable

C’est reparti pour le festival Alimenterre ! Depuis le 15 octobre et jusqu’au 30 novembre, l’édition 2021, coordonnée pour les Côtes-d’Armor, le Morbihan et l’Ille-Et-Vilaine par le Réseau Bretagne Solidaire, et pour le Finistère par le Cicodes, propose plus de 70 rendez-vous et s’articule autour d’une programmation de 9 films, faisant la part belle aux thématiques liées à l’alimentation durable. Cette année, Eco-Bretons est partenaire du festival. Vous retrouverez des articles publiés tout au long de l’événement.

Chaque année, le Festival Alimenterre revient en France et dans d’autres pays. Pour cette édition 2021, qui se déroule du 15 octobre au 30 novembre, les objectifs de l’événement restent les mêmes : « amener les citoyens à s’informer et comprendre les enjeux agricoles et alimentaires en France et dans le monde, afin qu’ils participent à la co-construction de systèmes alimentaires durables et solidaires et au droit à l’alimentation », et ce via notamment la projection de huit films documentaires.

En Bretagne, c’est le Réseau Bretagne Solidaire, qui fédère de nombreux acteurs bretons de la coopération et de solidarité internationale, qui coordonne le festival sur les départements du Morbihan, des Côtes-d’Armot et de l’Ille-Et-Vilaine. Pour le Finistère, c’est le Cicodes qui s’en charge.

Cette année encore, de nombreuses thématiques, qui feront le lien entre ici et ailleurs seront abordées : Quelles politiques agricoles et commerciales pour permettre aux agriculteurs de France et d’ailleurs de vivre dignement ? Comment concilier l’étalement urbain dans les métropoles avec la volonté de souveraineté alimentaire ? Que se cache-t-il derrière nos choix de consommation ? Quels sont les impacts de nos achats alimentaires quotidiens, ici et ailleurs ? Des thèmes comme l’accès au foncier agricole ou les droits des paysans résonneront particulièrement dans notre région : ils font partie des enjeux à venir, notamment dans le cadre de la transition écologique.

Au menu du Festival Alimenterre, plus de 70 évènements dans une trentaine de communes bretonnes, de Brest à Rennes, en passant par Lamballe, Lorient, Redon ou encore Paimpont. On pourra retrouver des projections-débats, des marchés alimentaires et solidaires, des expositions, des visites de fermes…Parmi les temps forts, on peut citer l’après-midi du samedi 20 novembre, à Rennes, durant laquelle on pourra visiter la ferme urbaine du Blosne Les Cols Verts, suivi d’un ciné-débat autour du film « Sur le Champ », ou encore la matinée du dimanche 31 octobre, durant laquelle on pourra découvrir la Ter-Ferme, ferme maraichère et jardin-forêt à Ploëmeur (56). Sans oublier la présence de la caravane des Droits des Paysans et d’Attac pour un ciné-débat à la MIR de Rennes, autour de la sécurité sociale de l’alimentation, le 23 novembre.

La sélection des films pour 2021 deux courts-métrages, trois moyens-métrages, et quatre longs-métrages :

Longs métrages :

Moyens métrages :

Courts métrages :

Pour connaître le programme détaillé rendez-vous sur le site du Réseau Bretagne Solidaire, et sur la page facebook du Festival Alimenterre en Bretagne




Un week-end breton sous le signe de l’éco-construction et de l’habitat alternatif

Samedi et dimanche, de nombreuses visites sont proposées dans toute la Bretagne, pour découvrir les techniques d’éco-construction et des modes d’habitat alternatif, et plus spécifiquement l’habitat participatif. Des événements orchestrés par la Mce de Rennes, et l’association Approche Eco-Habitat.

On démarre avec le projet « Bienvenue en transition », en Ille-Et-Vilaine. Dans ce cadre, les associations de la MCE (Maison de la Consommation et de l’Environnement) proposent d’aller à la rencontre d’initiatives citoyennes et de favoriser le partage d’expérience et la transmission des savoirs entre habitants. C’est ainsi que jusqu’au printemps 2023, des week-ends de portes-ouvertes sont organisés dans les communes de Rennes Métropole, tous les 2 à 3 mois, autour de 5 thématiques : Habiter / Consommer autrement / Se nourrir / Protéger la nature / Se déplacer.

Première étape ce week-end autour du thème de l’habitat, avec le soutien des associations Empreinte et Parasol 35. On pourra ainsi découvrir 9 lieux et autant d’expériences différentes :

BECHEREL [habitat partagé] : Visite d’une parcelle destinée à accueillir un futur habitat partagé.
 Visite le 16/10 à 10h30

BETTON [habitat éco-rénové] : Ferme en bauge de fin 18ème, rénovée selon l’esprit de la construction d’origine.
? Visite le 16/10 à 14h30

CESSON-SEVIGNE [habitat éco-rénové] : Maison classique des années 1980 rénovée, avec une extension 35m² éco-construit en ossature bois.
? Visite le 16/10 de 14h à 18h

CHEVAIGNE [habitat partagé] : Depuis 2012, 12 logements, jardin partagé, atelier bricolage, buanderie, salle commune en autoconstruction.
? Visite le 17/10 à 15h45 : « Espaces partagés, jardinets… comment les enfants abordent-ils la nature chez eux et autour ? »
? Visite le 17/10 à 16h30 : « Pratiques éco-responsables avec ses voisins : atelier, buanderie, rangements… comment mutualiser ? »

CORPS-NUDS [habitat éco-rénové] : Eco-rénovation réalisée pour la plus grande partie en auto-construction.
? Visite le 16/10 à 14h30

LANGAN [habitat partagé] : Habitat participatif et éco-rénové. Grand corps de ferme en pierre et terre.
? Visite le 17/10 à 10 h : zoom sur la thématique “habitat réversible et léger : quelles procédures pour régulariser un habitat léger au sein d’un habitat partagé ?
? Visite le 17/10 à 12 h : zoom sur la thématique “développer un projet d’habitat partagé dans des bâtis en terre rénovés”

RENNES [habitat éco-rénové] : Maison de ville avec un agrandissement ossature bois et paille
? Visites les 16/10 et 17/10, à 15h et 16h30

ST GILLES [habitat éco-construit] : Maison de lotissement bioclimatique en ossature bois, isolation ouate de cellulose & fibres de bois à l’intérieur et l’extérieur.
? Visite le 16/10 à 14h et 16h

VEZIN-LE-COQUET [habitat éco-rénové] : Bâti ancien réhabilité, dalle en terre de compression, terres cuites au sol
? Visite le 17/10 à 14h30 et 16h30

Inscriptions nécessaires pour certaines visites, plus d’infos sur le site www.bienvenueentransition.fr

On poursuit le périple avec l’association Approche Eco-Habitat, qui organise aussi son désormais traditionnel week-end de portes ouvertes, dans toute la Bretagne. Cette dixième édition regroupe plus de 60 professionnels, et propose 33 réalisations à visiter. L’évenement vise à «  montrer, en vraie grandeur, sur de vrais chantiers, ce que font les vrais professionnels de l’écoconstruction et donner au public l’occasion de découvrir, toucher, ressentir les qualités des matériaux écologiques et les ambiances, d’apprécier le travail et les techniques constructives et surtout, d’obtenir, in situ, des réponses sérieuses et objectives aux questions qui se posent. », explique l’association, qui fédère une centaine d’adhérents. Cette année, l’habitat participatif est mis en lumière, avec 8 visites animées par les porteurs de projets et/ou habitants.

On pourra ainsi découvrir des constructions telles que des maison à ossature bois, maison passive en écoquartier, micro-maison, habitat participatif pour séniors etc…

Les visites sont gratuites, il est nécessaire de s’inscrire auprès du référent de visite. Tous les contacts et la liste des visites sont disponible sur le site https://portesouvertesecohabitat.com/




Les Ames de Bretagne en exposition à Carhaix

Jusqu’au 23 octobre, l’exposition « Un voyage à travers l’âme de la Bretagne » proposée par l’association Ames de Bretagne est visible à l’Espace Glenmor de Carhaix. Au programme : vidéos collectées durant 5 ans sur les routes bretonnes, contenus multimédia, création artistique, fresque végétale, BD…

« Un voyage mettant en scène la parole recueillie depuis maintenant 5 ans sur les routes ». C’est ainsi qu’Anne-Laure Hamon, co-fondatrice et présidente de l’association Ames de Bretagne, définit l’exposition qui se tient actuellement à Carhaix. Celle qui est aussi vidéaste et directrice artistique de l’expo est à l’origine de l’aventure, avec son frère Kevin. Tous deux se sont rendus compte qu’en parlant de leur région d’origine, la Bretagne, notamment lorsqu’ils étaient à l’étranger, ils en connaissaient au final peu de choses. Ils souhaitent alors monter un projet qui permettrait de revaloriser l’attachement au local. Âmes de Bretagne propose donc de valoriser le témoignage des habitants via la vidéo. « L’objectif, c’est de montrer que s’intéresser à son territoire n’est pas synonyme de replis sur soi », explique Anne-Laure. Elle se lance alors avec son frère dès 2016 pour recueillir la parole de « tous ceux qui font l’âme de la Bretagne ». Le résultat : plus de 150 témoignages vidéos, une websérie, des partenariats comme par exemple avec le webmédia KuB… « La Bretagne racontée par les gens en vidéo ». Et une association qui comprend une quinzaine de bénévoles.

Suite à ce projet naît l’idée d’une exposition itinérante, qui est présentée en intégralité à Carhaix (29) jusqu’au 23 octobre. Baptisée « Un voyage à travers l’âme de Bretagne », elle s’étend sur plusieurs espaces, dont un qui est dédié à la Bretagne en 2050, en lien avec les transitions écologiques. « Les étudiant.es de Rennes 2 y ont participé, à travers des créations. Deux sœurs des Monts d’Arrée, Berc’hed et Anna-Marie Cadoudal, ont aussi réalisé une fresque végétale, qui symbolise le retour à la nature dans le futur, le ré-ensauvagement », explique Anne-Laure. « Plus on va vers le futur, plus la nature reprend ses droits ».

Tout au long de l’exposition, on retrouve aussi les créations d’une dizaine d’artistes qui ont collaboré à l’aventure, avec des œuvres de street-art, de BD, de création végétale…A noter aussi, la majorité des matériaux utilisés pour le projet est issus de réemploi, en lien avec la recyclerie Ti-Recup et la recyclerie de matériaux Le Repair.

Enfin des animations sont aussi organisées en lien avec l’exposition, comme c’est le cas samedi 16 octobre, avec le pôle ESS du Centre Ouest-Bretagne (Adesk). Une table-ronde réunira à cette occasion trois projets d’habitat collectif, et sera suivie d’une visite de l’exposition, et plus particulièrement de l’espace Bretagne 2050.

Pour découvrir en vidéo l’édification de la fresque sur le retour à la nature et au sauvage de Berc’hed et Anna Mari Cadoudal :

En vidéo, des portraits d’habitants de Plouguerneau engagés dans des projets alternatifs et écologiques, réalisés en 2021 par l’équipe d’Ames de Bretagne, dont Anaïs Le Bec, stagiaire et étudiante à l’Esra de Rennes :

Plus d’infos : http://www.amesdebretagne.bzh/




Perma G’Rennes fête ses 5 ans et veut lancer une coopérative de consommateurs

Ce samedi, la micro-ferme urbaine rennaise Perma G’Rennes fête son anniversaire, et souhaite à cette occasion créer une coopérative de consommateurs.

Mickaël Hardy est installé depuis juin 2016 sur le site de la Prévalaye, à Rennes. Il s’est lancé dans un projet encore peu courant sur le territoire breton : une micro-ferme intensive maraîchère en permaculture, en milieu urbain, sur des terres appartenant à la Ville de Rennes. C’est ainsi qu’il s’est installé sur un système très petit, d’un demi-hectare, avec l’objectif de produire autant qu’en agriculture bio sur une surface de un ou deux hectares. Le tout en utilisant les principes de la permaculture, et en utilisant le moins possible les énergies fossiles.

Aujourd’hui, Perma’G’Rennes s’étend sur 5000 m2e, en certification biologique, produit 180 variétés de fruits et légumes, et vend 80 paniers par semaine.

En juillet dernier a été créé l’association « Les Amis de Perma G’Rennes ». Objectif : fédérer les consommateurs en vue de la création d’une coopérative, qui est prévue pour janvier 2022. « Au-delà de permettre aux coopérateurs de profiter des produits de la ferme, l’objectif est avant tout de les inviter à découvrir les pratiques et les valeurs de la permaculture », explique l’association dans un communiqué.

Afin de permettre aux citoyen·ne·s de découvrir Perma’G’Rennes et son projet de coopérative, une après-midi de découverte est organisée ce samedi de 14h à 17h. Au programme, des animations : Vélo Blender, visite de la ferme, vente de produits…

Plus d’infos sur la page Facebook de l’événement, ou sur le site de Perma’G’Rennes

Pour adhérer à l’association, direction la page HellAsso

Et pour lire notre précédent article sur Perma’G’Rennes : http://www.eco-bretons.info/perma-grennes-micro-ferme-permaculture-a-rennes/