ESS : Un « propulseur d’entrepreneuriat collectif » lancé à Morlaix

ESS : Un « propulseur d’entrepreneuriat collectif » lancé à Morlaix

Sur le Pays de Morlaix, l’Adess (Association de Développement de l’Economie Sociale et Solidaire) lance le dispositif « Tag 29 ». Ce « propulseur d’entrepreneuriat collectif » permettra d’accompagner de façon renforcée les porteurs de projet de création d’entreprises dans l’économie sociale et solidaire. Un appel à candidature est lancé.

Tag 29 pour « Trajectoires Agiles 29 », tel est le nom du « Propulseur d’entrepreneuriat collectif du Finistère ». C’est l’un des quatre dispositifs d’accompagnement renforcé des projets de création d’entreprises ESS en Région Bretagne. « L’objectif est d’avoir une offre globale et renforcée d’accompagnement des idées et projets, émanant d’acteurs du territoire déjà établis ou de porteurs de projets », explique Guillaume De Nil, en charge du Propulseur au sein de l’Adess (Association de Développement de l’Economie Sociale et Solidaire) du Pays de Morlaix. Ce Propulseur comprend trois outils : un « révélateur », qui permet de lancer des projets en réponse à des problématiques préalablement identifiées sur le territoire, par des acteurs qui y sont déjà établis ; « l’idéateur », qui accompagne les porteurs de projets seuls ou en collectif de l’idée vers un projet d’entreprises solidaires ; et « l’incubateur » qui accompagne des projets sortant des premiers outils jusqu’à qu’elles fonctionnent de manière autonome et soient créatrices d’emplois durables sur le territoire.

L’Adess met en place actuellement l’un des premiers outils, « l’incubateur ». Un appel à projets est donc lancé, afin de sélectionner cinq projets sur le Pays de Morlaix qui seront accompagnés. « La sélection se fera suivant plusieurs critères », précise Guillaume de Nil, « Il faut que les objectifs de l’entreprise d’utilité sociale qui sera créée rentrent dans le cadre des valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire et que le siège social soit basé sur le Pays de Morlaix ou à minima dans le Finistère. Il faut aussi que les porteurs de projets soient dans une démarche ayant un minimum d’envergure, avec l’objectif de créer à minima de 3 à 5 postes salariés dans les 3 ans ». L’inscription en complémentarité avec l’existant sera étudiée, de même que l’utilité sociale, sociétale et environnementale. Chaque porteur de projet sera accompagné et bénéficiera d’un suivi personnalisé, pour faire le point régulièrement en « fil rouge ». « Des modules de formation seront également proposés sur les six premiers mois, afin de se préparer au métier d’entrepreneur », précise Guillaume. Des stages et des visites en entreprises seront également au programme, un espace de coworking mis à disposition, et des ateliers pour mobiliser l’intelligence collective seront mis en place. Les dossiers de candidature pour intégrer l’incubateur sont disponibles ici , et à rendre avant le 6 février minuit, pour une sélection fin février et un démarrage le 13 mars.

Des incubateurs ailleurs dans le département et en Bretagne

Dans le département du Finistère, deux autres incubateurs seront mis en place : à Brest en 2018, et à Quimper en 2019, ce qui permettra de porter le nombre de projets successivement à 10 puis 15 sur le département, représentant une cinquantaine d’emplois potentiels. Dans les autres départements, des Propulseurs sont également lancés : Le Tag 56 a démarré en octobre 2016, le Tag 35 doit démarré en mars et le Tag 22 en avril. Tous ces dispositifs sont soutenus par l’Etat, la Région, l’Europe, et les collectivités locales, comme par exemple Morlaix Communauté pour le territoire de Morlaix.

Le Cantine des Sardines, projet aidé à titre expérimental

La Cantine Des Sardines, c’est le nom d’un café-resto-boutique en Scop qui va ouvrir ses portes d’ici la fin de semaine, Place des Jacobins au centre-ville de Morlaix. Un lieu atypique qui proposera également un espace de coworking et des animations (repair café, trocs de fringues, speed-booking…). Objectif : être un véritable lieu de vie et créer du lien. Les deux porteuses de projet, Sarah et Dina, ont bénéficié pour leur projet du suivi de l’Adess comme si elles avaient intégré le dispositif du propulseur, à titre expérimental. Plus d’infos dans notre article sur La Cantine des Sardines ici.

Pour aller plus loin

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez désormais le partager !

Marie-Emmanuelle Grignon

Défiler vers le haut