L’idée sortie. La fragile beauté de notre planète s’expose en majesté à la Gacilly

Avis aux
amateurs de photographie et d’art engagé !
le
festival photo de la Gacilly s’expose en plein air jusqu’au 30
septembre. Au programme : déambulation au travers des ruelles
médiévales pour découvrir près de 26
expositions
sur des thématiques variées. Le
fil conducteur : exposer la fragile beauté de notre planète.

Depuis le 1er
juin 2019, et jusqu’au 30 septembre, le festival photo de la
Gacilly s’expose en plein air. Niché dans la vallée verdoyante de
l’Aff, cette petite cité de caractère accueille depuis 2004 le
plus grand festival de photographies de plein air de France. Chaque
été, ce sont près de 310 000 visiteurs en moyenne qui viennent
découvrir, s’émerveiller et s’inspirer des photographies
exposées.

Pour cette 16ème
édition intitulée « A l’est du nouveau », un parcours
fléché nous permet de découvrir près de 26 expositions et 1000
photographies autour de thématiques variées mais reliées par un
même fil conducteur : exposer la fragile beauté de notre
planète. Ainsi, parmi ces œuvres signées par les plus grands
photographes contemporains, on peut y découvrir celle du hollandais
Kadir Van Lohuizen et du Russe Yuri Kozyrev . Cette exposition
intitulée «  Arctique : Nouvelle frontière- une double
expédition polaire » nous permet de découvrir la face cachée
de ce no man’s land qui est au proies à des changements en
profondeur: réchauffement climatique, montée des eaux,
militarisation et tensions géopolitiques, exploitation des
ressources etc. Ce festival résolument engagé nous invite à
prendre conscience de l’impact des êtres humains dans sa globalité
mais également de sa beauté dans l’unité. Au travers de tableaux
parfois grandeur nature, le visiteur pourra déambuler librement au
gré de ses inspirations dans une atmosphère entre rêve et réalité.

A découvrir
également au cœur de cette petite cité de caractère: des ateliers
d’artisans, des sculpteurs, des potiers, des créateurs de bijoux,
des verriers etc.

Événement gratuit
accessible à tout moment.

Un camion point infos sera présent pour prodiguer tous les
renseignements concernant l’édition et vous proposera un programme
présentant l’ensemble des expositions et des activités proposées.

Plus
d’informations : https://www.festivalphoto-lagacilly.com/




A lire. 60 idées ludiques et pratiques pour en finir avec le plastique !

Et si on se passait du plastique ? Grâce au livre « 60 idées ludiques et pratiques pour en finir avec le plastique », paru chez Terre Vivante, on peut tester des alternatives à fabriquer soi-même et à utiliser dans son quotidien !

Le plastique, c’est tabou, on en viendra tous à bout ! Son omniprésence dans notre vie quotidienne est devenue un vrai fléau. Dans le frigo, dans la cuisine, dans la salle de bains, dans les jouets des enfants, au bureau…sans oublier les fameuses « billes » de microplastique que beaucoup de crèmes de soin contiennent…Tout ce plastique n’est pas encore complètement recyclé aujourd’hui, et on en retrouve dans la natures et dans les océans (le fameux continent de plastique…). Pourquoi ne pas essayer des alternatives, qu’on peut fabriquer soi-même de façon économique et ludique ? C’est ce que propose l’ouvrage « 60 idées ludiques et pratiques pour en finir avec le plastique », qui vient de paraître aux éditions Terre Vivante. Ecrit par Jutta Grimm, une allemande blogueuse et spécialiste du sujet, il propose 60 idées pour remplacer le plastique dans sa vie quotidienne.

Fabriquer son sac à pain, un furoshiki (sangle qui permet de transformer un morceau de tissu en un sac, concept qui vient du Japon), une enveloppe à sandwich, un emballage en cire d’abeille, une éponge grattoir…c’est possible grâce aux patrons présents à chaque fiche du livre. On y trouve aussi les recettes pour fabriquer soi-même des produits cosmétiques et d’entretien : dentifrice, déodorant, poudre pour lave-vaisselle, nettoyant universel, détachant…A chaque fois, les recettes sont simples et agrémentées de photos. Une bonne base pour se lancer dans un « défi famille zéro déchets » par exemple !

“60 idées ludiques et pratiques pour en finir avec le plastique” de Jutta Grimm, 174 pages, Ediitons Terre vivante, prix : 17 euros.




KuB, un web média breton en accès libre

Le web média breton de la culture KuB propose de nombreuses œuvres audiovisuelles en accès libre. A découvrir notamment, une sélection liée à l’écologie.

Edité par l’association Breizh Creative, le web média KuB (KulturBretagne) a été lancé début 2017. Il se définit comme « le web média breton de la culture », et est né du constat que « la place de la culture dans les médias, notam­ment à la télévision, est en régression constante depuis vingt, trente ans. Que par ailleurs, les médias audiovisuels français sont regrou­pés pour l’essentiel à Paris – Ile de France. Qu’enfin, l’on assiste sur Internet à l’émiettement des publics – chacun sa chaîne YouTube ». KuB, financé par la Région Bretagne et par l’Etat via la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles), propose alors tout un panel d’œuvres en vidéo, textes, sons, photos…On peut ainsi y découvrir des documentaires, des clips, des captations de spectacles, des fictions, des créations sonores, des portraits…le choix est vaste. Les thématiques traitées également : musique, mer, agro-industrie, culture bretonne, travail, histoire…Toutes les œuvres sont accessibles gratuitement, et disponibles pendant un an. Chaque semaine, cinq nouveaux programmes sont proposés.

Parmi
toutes les œuvres disponibles, certaines traitent de l’écologie, de
l’économie sociale et solidaires, des transitions…La rédaction
d’Eco-Bretons vous conseille par exemple « L’enfer vert des
Bretons » de Mathurin Peschet, documentaire sur le fléau des
algues vertes en Bretagne, « Voix de garage » de Philippe
Guilloux, sur le garage solidaire de Carhaix, « Avec mes
abeilles » de Glenn Bernard et Anne Burlot, autour de
l’apiculture…Sans oublier les reportages d’Inès Léraud, avec les
deux saisons de son « Journal breton » diffusé sur
France Culture, et son enquête sur l’affaire Triskalia « Une
histoire de grains pourris ».

A découvrir sans tarder sur le www.kubweb.media, et notamment sur la page Environnement : https://www.kubweb.media/page/environnement/




Algues Au Rythme, le festival qui fait bouger les choses !

Ce week-end, du 7 au 9 juin, le festival Algues Au Rythme ouvre ses portes à Arradon dans le pays Vannetais.

Crédit: Ismahein Marzougui

Après
17 ans d’existence, le festival Algues Au Rythme est bien décidé
à faire vivre la musique de manière plus éco-responsable. Ce
festival, qui fonctionne de manière 100 % bénévole allie
musique actuelle, musique du monde et art de rue.

En
plus de sa programmation musicale engagée, le festival souhaite
limiter son impact sur l’environnement en mettant en place des
actions de développement durable importantes. Des initiatives qui se
sont développées au fil des éditions depuis la création du
festival en 2002. Au festival Algues Au Rythme, l’approvisionnement
des produits en circuit court est privilégié par l’achat de
produits locaux, souvent biologiques, revendu pendant les trois jours
de festival : jus de pomme et cidre bio provenant de la Cidrerie
du Golfe à Arradon, bière Coreff basée à Carhaix-Plouguer, glaces
produites à Elven par Le verger perdu, et pour les courses plus
importantes, le Super U d’Arradon. Tout est pensé pour limiter son
impact, du compostage des déchets végétaux à l’intérieur du
site au tri rigoureux des déchets en passant par le système de
toilettes sèches. Sur place, les festivaliers sont invités à
limiter leur impact en ramenant leur propre gobelet réutilisable et
en se rendant au festival de préférence en covoiturage ou en
transports doux.

Pour renforcer ses engagements, le festival a signé en 2009 la charte des festivals engagées pour le développement durable et solidaire en Bretagne. Tous les mois, des ateliers et animations sont proposés en amont du festival comme récemment avec des concerts pour les personnes âgées en EHPAD. En plus de limiter son impact sur l’environnement, le festival souhaite s’ouvrir à tous, aussi bien aux jeunes, aux familles, aux personnes âgées, aux personnes à mobilité réduite et aux minimas sociaux. La journée du samedi 8 juin est donc gratuite pour les moins de 14 ans et les tarifs de la journée sont adaptés aux minimas sociaux sous présence de justificatifs. Une participation libre et consciente selon ses moyens sera demandé pour l’accès au festival le dimanche 9 juin. Des animations et des ateliers auront lieux ce jour là.

Au programme pour l’édition 2019 du festival Algues Au Rythme:

Crédit: Ismahein Marzougui




Un guide pour jardiner bio dans sa maison !

Envie de vous lancer dans le jardinage, mais vous n’avez pas de balcon ni de jardin ? Découvrez la culture en intérieur, grâce au guide « Un potager bio dans ma maison ! »

Avoir un potager au sein de son habitat…si l’idée aurait pu paraître saugrenue il y a quelques années, elle a fait du chemin depuis et commence à s’imposer. Ceci semble être le fruit de deux tendances : une volonté de se réapproprier et de faire attention à son alimentation, cultiver soi-même, favoriser le local et le « de saison », ainsi que le bio. Et inventer de nouvelles formes de culture, de mieux en mieux adaptées à l’environnement urbain. C’est dans cet esprit que le guide « Un potager bio dans ma maison » vient de paraître aux éditions Mama.

Il est possible et facile de cultiver des plantes alimentaires chez soi. Il existe des solutions pour tous les types d’espaces et de budgets, même les plus modestes. Ensemble, nous explorerons ce que peut être un potager dans la maison, comment et où l’installer, comment l’entretenir et qu’y faire pousser. », explique l’auteur, Léon-Hugo Bonte.

Il nous propose plusieurs types de jardins d’intérieurs : par exemple, un jardinet avec des plantes aromatiques exotiques en jardinière, des plantations de fleurs et plantes pour tisanes, ou encore un petit potager de fruits, fleurs, et légumes-feuilles. Il décrit aussi, avec des photos, les différents types de jardin qu’on peut trouver chez soi : microjardin design, tente de jardinage, salles de culture…Semis, lombricompost, aquaponie, hydroculture…toutes ces techniques, et bien d’autres, sont abordées. Un chapitre entier est consacré à la présentation des différentes plantes qu’on peut accueillir dans son potager d’intérieur, avec des conseils de culture, de récolte, et d’utilisation en cuisine. Sans oublier, en fin d’ouvrage, des recettes !

Agrémenté de jolies photos, le guide « un potager bio dans ma maison » explique tout sur le jardinage intérieur. Vraiment très complet, il prodigue de nombreuses informations et conseils. A conseiller cependant aux initiés, ayant déjà un peu de pratique, même si les explications sont très claires.