Conférence environnementale : des réactions partagées

Conférence environnementale : des réactions partagées
image_pdfimage_print

50% de consommation d’énergie en moins d’ici 2050. C’est l’objectif fixé par François Hollande dans son discours d’ouverture de la conférence environnementale, vendredi. Un objectif qui fait partie intégrante de la transition énergétique dans laquelle veut s’engager la France. "La transition énergétique n’est pas un choix de circonstances, n’est pas un compromis, n’est pas une négociation. La transition énergétique, c’est une décision stratégique. Ce n’est pas un problème, c’est la solution", a-t-il ainsi rappelé, tout en précisant que la loi sur cette transition énergétique devrait être conclue pour fin 2014.
Plusieurs mesures ont été annoncées par le chef de l’état. Parmi elles, le passage de la TVA concernant les travaux de rénovation énergétique des batîments de 10% à 5% en 2014, le lancement d’un plan d’aide à la rénovation thermique avec octroi d’une aide financière aux ménages, la réaffirmation de la fermeture de Fessenheim en 2016 et de la limitation de la part du nucléaire à 50% dans le mix énergétique d’ici 2025, ou encore la mise en place d’une fiscalité écologique, la fameuse « taxe carbone », qui sera instaurée de façon progressive à partir de 2014.

« Il reste du chemin à parcourir »

Ces annonces, et plus largement la conférence environnementale, ont divisé. Europe Ecologie-Les Verts « prend acte et salue les grandes orientations sur la transition énergétique fixées par le Président de la République lors de son discours d’ouverture de la seconde Conférence environnementale », selon Jean-Philippe Magnen, porte-parole du parti politique. Les associations environnementales se montrent plus critiques. La plupart estiment que le thème de l’énergie a occulté les autres thématiques, notamment celles discutées lors des tables rondes (eau, biodiversité marine, économie circulaire…). « Il nous reste visiblement du chemin à parcourir pour que le président de la République intègre un certain nombre d’enjeux de la transition écologique. Ce discours est une redite de celui de l’année dernière, mais avec un périmètre réduit à la seule transition énergétique », commente ainsi France Nature Environnement.

Du côté de Greenpeace, ce sont les annonces concernant le nucléaire qui n’ont pas convaincu. « Le président de la République a réaffirmé la fermeture de Fessenheim d’ici fin 2016 mais c’est loin d’être suffisant : la promesse faite de faire baisser la part du nucléaire à 50% passe forcément par la fermeture de 10 réacteurs d’ici 2017 et 20 réacteurs d’ici 2020. », déclare l’association. La Fédération Nationale des Usagers des Transports (Fnaut) "approuve la création d’une Contribution Energie-Climat (CCE), mais regrette que le secteur des transports ne soit pas concerné à court terme. Le gouvernement maintient par ailleurs la hausse de la TVA sur les transports collectifs et d’autres décisions contradictoires avec ses objectifs : la FNAUT exprime son incompréhension". Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour l’année prochaine, où une conférence environnementale devrait se tenir à nouveau.

 

Plus d’infos

www.developpement-durable.gouv.fr/-La-conference-environnementale,5900-.html

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez désormais le partager !

Marie-Emmanuelle Grignon

Défiler vers le haut