Les Chemins creux de Françoise Pacé, ou l’art de garder la chambre…

Les Chemins creux de Françoise Pacé, ou l’art de garder la chambre…
image_pdfimage_print

 « Découvrir de nouveaux paysages modifie la perception d’un peintre. Et son travail en est profondément transformé. Lorsque j’ai découvert les chemins creux, une autre approche de l’espace et de la lumière s’est imposée par l’irruption d’un premier plan qui implique le corps et redonne la couleur… », explique Françoise Pacé dans une conversation avec Catherine Deknuydt retranscrite sur un panneau. « Cette chambre de la terre qu’est le chemin creux, abrite l’air entre feuillage et rocher. Creusé par l’homme à la lisière des terres cultivées, comme le corps ce chemin est un monde à lui tout seul, en même temps qu’il tient l’équilibre entre espaces aériens et socles anciens – socles qui sont plus particulièrement ici ceux du massif armoricain. », poursuit-elle.

« Le chemin creux constitue un  lieu-lien qui répond pour la double exigence du corps et du chemin… Comme le passage qui fut le premier, celui de notre naissance, première chambre que celle de la terre-mère. Et seuil aussi – celui de la vie qui se donne dans le visible, mais encore et peut-être surtout celui de « l’être du dedans » dont nous parle Bachelard. Marcher, respirer, méditer se vivent dans le même mouvement, espace du monde et frontières intérieures tiennent dans un seul regard quand nous nous engageons sur un chemin… Une rêverie que nous nous offrons à même le corps, un déplacement qui nous donne à voir le paysage en même temps qu’il nous invite à découvrir qui nous sommes. »

Ainsi, la lecture du paysage et des traces de l’activité humaine sur ce dernier permet de comprendre l’évolution d’un territoire comme celui des Monts d’Arrée. En invitant Françoise Pacé, l’écomusée souhaite présenter une nouvelle lecture de son territoire.

 

Deux ateliers pour petits et grands en compagnie de l’artiste

Vendredi 2 mai et Samedi 3 mai 2014

Découverte de la pratique plastique sur le terrain en compagnie de Françoise Pacé qui propose deux balades dessinées, l’une à destination des enfants, l’autre à faire en famille, une activité qui lui est familière puisqu’elle intervient très souvent en milieu scolaire avec la DRAC. Elle propose de ressentir le paysage, de le capter avec tous ses sens, et essaie d’apprendre aux enfants à vraiment regarder. Elle leur donne ensuite des outils et quelques techniques pour traduire ce regard. Pour les enfants à partir de 8 ans.

 Ecomusée des Monts d’Arrée. – Moulins de Kerouat, 29450 Commana

Contacts : 02 98 68 85 51 ; contact@ecomuses-monts-arree.org

francoise-pace.com

 

(1) En partenariat avec le musée de l’école rurale en Bretagne, le musée de l’ancienne abbaye de Landévennec et le musée départemental breton, l’opération « L’art au naturel » est soutenue par le Conseil Général du Finistère.

http://www.artaunaturel.fr/

 

 

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez désormais le partager !

Laurence MERMET

Défiler vers le haut