Une formation pour devenir animateur.trice d’ateliers éco-responsables et zéro déchet

A l’occasion de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, coup de projecteur sur une initiative de Laëtitia Crnkovic, figure du zéro déchet en Bretagne : une formation pour devenir animateur.trice d’atelier éco-responsables et zéro déchet. Une première en France. La prochaine session démarrera en février.

Laëtitia Crnkovic est installée depuis quelques années dans le Trégor, et est à « 350% dans le zéro déchet ». Une reconversion professionnelle pour celle qui a travaillé auparavant dans le tourisme, et qui aujourd’hui propose des ateliers eco-responsables et autour de la réduction des déchets, des conférences, écrit des livres sur ces sujets, tels que « Faites l’autopsie de votre poubelle », « Eco Almanach », « Je fabrique mes cosmétiques et produits ménagers solides » ou encore « Lessive de lierre et café de pissenlit – 100 façon d’utiliser ce que la nature nous offre » (dont on parlera prochainement sur Eco-Bretons, ndlr). Cette « semeuse de transition joyeuse » a décidé depuis l’année dernière d’aller plus loin dans sa démarche et de mettre en place une formation « Zéro déchet et éco-responsable », la seule de ce type pour le moment en France, à destination de tous ceux et celles qui veulent s’engager à leur tour dans l’animation d’ateliers. La première session s’est déroulée cette année. « J’en suis très contente », révèle Laetitia « Les participantes ont développé davantage de confiance en elle, ont acquis de l’expérience, et pour celles qui ont décidé de se lancer, ont déjà des contrats ». Ces animatrices d’ateliers vont être amenées à intervenir auprès des écoles, des MJC, de centre de loisirs, de Biocoop…tout en formant un réseau réparti sur tout le territoire breton. « L’idée, ce n’est pas d’être toutes des concurrentes, mais de travailler en bonne intelligence, en mode collaboratif », souligne Laetitia.

Une deuxième session de formation est d’ores et déjà prévu, à partir de février 2022, et jusqu’en mai. 10 personnes pourront y participer. Au programme, un travail « autant sur les postures à adopter en ateliers, que sur le côté technique ». 150 heures de formation sont ainsi prévues, en présentiel et en distanciel, avec deux séances de coaching individuel. Fabrication de cosmétiques, de produits ménagers, la réduction des déchets…sont autant de thématiques abordées. « Il y a beaucoup de pratique. L’idée est de sortir avec tout le « package » pour pouvoir animer », souligne Laëtitia. Le tout dans une ambiance à la fois conviviale, bienveillante et joyeuse. « Même si les enjeux sont de plus en plus urgents et lourds, on peut faire passer les messages avec de la légèreté ! » assure Laetitia, pour qui cette formation est aussi « l’occasion de porter un regard sur notre consommation, notre alimentation, notre autonomie…sur tout ce qui fait la transition écologique ».

Il reste encore quelques places pour cette prochaine session. Pour plus d’infos et s’inscrire, il suffit de contacter Laëtitia Crnkovic par mail : zerodechettregor@gmail.com

Laëtitia animera cette semaine des ateliers zéro déchet à Trégueux, Pleslin-Trigavoux, Lanrivain, et Paimpol. Plus d’infos sur le site de Zéro Déchet Trégor.

Plus d’infos :

https://www.facebook.com/zerodechettregor

https://www.zerodechet-tregor.com/

Pour lire le portrait consacré à Laëtitia : http://www.eco-bretons.info/portrait-de-femme-n6-laetitia-crnkovic-semeuse-de-transition-joyeuse/




Avec la Volumerie, les expos se réutilisent et ont une nouvelle vie

A Broons, dans les Côtes d’Armor, la Volumerie, agence-atelier de scénographie, réutilise des anciennes expositions pour créer de nouveaux aménagements pour des espaces culturels et pour des commerces « à forte identité ». Une démarche d’économie circulaire unique en France.

Dans la campagne costarmoricaine, entre Rennes et Loudéac, sur une petite route de la commune de Broons, un grand hangar rénové avec du bois attire l’attention de l’automobiliste venu s’aventurer jusque là, au lieu dit La Mare Pechard. C’est là que sont installés les 200 mètres carrés de l’atelier de la Volumerie. Cette agence de scénographie conçoit mais fabrique également des « aménagements pour des espaces culturels et pour des commerces à forte identité », explique Alexandra Legros, désigner-scénographe de formation, co-fondatrice et directrice de l’entreprise. La Volumerie, entreprise de six salarié.e.s qui existe depuis 6 ans, a ses bureaux à Rennes, dans des bureaux partagés avec des travailleurs indépendants, et son atelier ici à Brons, depuis septembre 2017. Une installation en campagne qui permet d’avoir de l’espace pour fabriquer des éléments de mise en scène d’exposition ou d’événementiel, en éco-conception.

Mais la particularité de la Volumerie, c’est de réutiliser des matériaux issus d’anciennes expositions. «Nos matières premières sont dans les bennes des musées ! Il faut savoir que dans le cas des expositions temporaires, une fois finies, les éléments vont soit être stockés dans un coin et oubliés là, soit être jetés », précise Alexandra. « Nous, on les récupère, et on garde tout ce qui est bois, métal, panneaux graphiques imprimés…dans le but de le réutiliser. Si ce n’est pas possible, on donne ou on vend à prix solidaire ». Si la Volumerie est reconnue pour son expertise en tant que scénographe, c’est la seule agence en France a faire ainsi de la récupération. Une aubaine pour les musées. « Notre but, c’est aussi de leur faciliter la vie », souligne Alexandra, qui ajoute aussi que son entreprise récupère « les boites de transport des œuvres, qui sont en bois ». Et les gisements sont importants. En guise de test logistique, une exposition temporaire du Musée de la Banque de France a ainsi fini ses jours auprès de la Volumerie « Il a fallu trois semi-remorques pour la transporter, ce qui représente l’équivalent de 110 mètres carrés au sol ! », dévoile Alexandra.

Suite au démantèlement des expos, les matériaux collectés sont ensuite stockés dans le hangar de la Volumerie, qui les réutilise alors pour de nouveaux projets (une trentaine par an) fabriqués par les deux menuisiers de l’équipe. Ce sont eux également qui sont présents pour guider les adhérents à l’association dans leur utilisation des machines. Car le hangar de la Volumerie est ouvert au public, qui est invité à y venir bricoler. Dans le même esprit, un FabLab est également en place. « Notre objectif, c’est aussi de créer une dynamique locale, d’ouvrir le lieu au public, de le faire venir ici », assure Alexandra, qui gère aussi un dépôt de la « Ruche qui dit Oui », qui permet aux consommateurs de venir chercher leur panier dans le hangar. Celui-ci devrait par ailleurs s’agrandir prochainement, car la place commence à manquer ! A venir, un espace complémentaire de 500 mètres carrés, permettant le démantèlement et le stockage d’encore plus de matériaux. Et l’embauche de menusiers supplémentaires pour compléter l’équipe…

Plus d’infos : www.lavolumerie.fr




Un défi pour partir à la « conquête de l’Waste » en baie de Saint-Brieuc

Les habitant.e.s de la Baie de Saint Brieuc sont à nouveau invité.e.s à participer à la Conquête de l’Waste, le défi zéro déchet du territoire, emmené par le collectif Zéro Waste Baie de Saint Brieuc. Un challenge citoyen pour faire changer les habitudes en terme de consommation et de production de déchets au quotidien.

170 ! C’est le nombre de familles qui ont participé à la première édition du Défi Zéro Déchet de la Baie de Saint Brieuc, baptisé « A la conquête de l’Waste! » de janvier à juin cette année. Un sacré score pour une opération organisée par des citoyens, et dont les inscriptions pour la deuxième édition vont être lancées dans les prochaines semaines. « Tout est parti d’une habitante, qui a participé à un Mooc (cours en ligne, ndlr) Zéro Déchet, proposé par l’association Zéro Waste France. De là, l’idée est née de lancer un défi sur le territoire. Plusieurs personnes se sont greffées au mouvement, et à l’été 2020, un collectif a été créé, avec des citoyens, des associations, la Biocoop, et Saint-Brieuc Armor Agglomération », se souvient Jennifer Pellan, l’une des initiatrices de la nouvelle édition. Après plusieurs mois de préparation, le défi a officiellement été lancé en janvier 2021. Pendant six mois, les familles regroupées en équipe, chapeautées par un.e capitaine, ont été accompagnées et ont participé à des ateliers réguliers autour de la réduction des déchets, et suivant la règle des 5 R : Refuser, Réduire, Réutiliser, Rendre à la terre, Recycler.

Le principe reste peu ou prou le même pour la deuxième édition, qui démarrera en janvier 2022. « Mais il y aura moins de participants, car on souhaite se focaliser davantage sur l’accompagnement personnalisé, car chacun a ses problématiques et ses propres contraintes », explique Jennifer Palan, du groupe local Zéro Waste Baie de Saint Brieuc, qui s’est créé à la suite du premier défi. Les familles seront regroupées en équipe, sous la houlette d’un.e capitaine, qui aura « tous les outils en mains pour jouer au mieux son rôle de coordinateur, organisateur et animateur ». Les participants, dont la production de déchets sera pesée de temps en temps, seront invités à venir en réunions, aux divers ateliers proposés (apprendre à bien trier, à faire soi-même sa lessive…) et autre visites (Centre de tri, unité de compostage, Fablab…). L’objectif est avant tout, selon Jennifer, de « partager, échanger, et d’adopter de nouvelles habitudes de consommation et de réduction des déchets dans la durée ». Chaque équipe, dont les familles seront voisines les unes des autres, devra aussi mettre en place une action. « Ca peut être par exemple un nettoyage de plage, l’achat d’un broyeur à plusieurs, un composteur collectif… », précise Jennifer. « La problématique sera différente suivant le quartier ou le territoire ». Qui s’étend justement pour 2022 sur les communes de Saint-Brieuc, Langueux, Trégueux Plaintel et Pordic.

Les personnes intéressées sont invitées à s’inscrire dès maintenant et avant le 20 novembre (attention, il n’y a que 70 places), sur le site https://conquetedelwaste.wordpress.com/inscription-defi




Avec The Old Shell, une deuxième vie pour les combis !

Pratiquants de surf, kite, paddle…vous ne savez pas quoi faire de vos combis en néoprène qui s’entassent dans vos placards ou qui commencent à être usées ? A Brest, on pourra leur donner une deuxième vie et les faire réparer avec The Old Shell.

The Old Shell, c’est le nom du projet lancé par Léa Evenas, jeune brestoise de 25 ans. Tout démarre du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid 19. Travaillant dans l’événementiel, elle subit alors un licenciement économique. Elle décide alors de donner un nouvel élan à sa vie professionnelle en décidant de se lancer à son compte. Passionnée de sports nautiques, elle s’est toujours « posé des questions concernant l’écologie dans ce domaine, notamment sur l’impact des planches et des tenues ». Ce qui l’amène à vouloir créer une gamme de « combinaisons écologiques ». « Mais ça se faisait déjà. Et en plus, ce n’est pas vraiment écologique de créer un nouveau produit, alors qu’il y a déjà plein de combis dans les placards, qui demandent juste à être réparées », commente Léa. Au fil de ses recherches, la jeune femme découvre alors un entrepreneur de Marseille, qui justement répare les combinaisons. Elle part alors là bas, et se forme avec lui. Son projet prend alors tournure.

Avec The Old Shell, Léa, qui va installer son local prochainement sur Brest, veut ainsi développer trois activités : un atelier de réparation des combinaisons en néoprène abimées (zip, coutures, trous…), une boutique de seconde main où l’on pourra acheter des combinaisons et accessoires en néoprène d’occasion, et un atelier d’upcycling. « L’idée, c’est de fabriquer des sacs, pochettes, housses d’ordinateurs…avec du néoprène qui n’est pas réparable », explique Léa, qui a par ailleurs lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Kengo. But de l’opération : récolter 10 000 euros afin de financer l’acquisition du matériel nécessaires à son activité : machines à coudre industrielles, surjetteuse…cabine de désinfection, matériel informatique, ou encore création du site internet. Car Léa souhaite aussi vendre en ligne. « Mais pas n’importe comment », souligne-t-elle, « C’est important de rester cohérent et de limiter l’impact écologique sur les livraisons ». En attendant, on peut encore participer à la cagnotte jusqu’au 17 octobre.

Pour soutenir le projet : https://kengo.bzh/projet/3458/the-old-shell

Pour en savoir plus :




World Clean Up Day : samedi, on fait la chasse aux déchets !

Ce samedi, on fait la chasse aux déchets sauvages ! A l’occasion du World Clean Up Day, des millions de citoyens se mobilisent dans 150 pays pour nettoyer la nature. En Bretagne, de nombreuses opérations de ramassages sont organisées.

Né en 2008 en Estonie grâce au mouvement « Let’s Do It », le « World Clean Up Day » se répand peu à peu dans le monde entier. Cette année, ce sont 150 pays qui participe à l’évènement, qui se veut être la plus grande opération citoyenne environnementale jamais réalisée dans le monde. L’événement est cette année marrainé par Ursula Van Der Layen, présidente de la Commission Européenne.

En France, c’est l’association World Clean Up Day, qui porte l’organisation de l’opération au niveau national. Son objectif : rassembler ce week-end un minimum de 3,5 millions de citoyens pour nettoyer et collecter les déchets encore trop présents dans la nature ! Citoyens, associations, entreprises, collectivités, écoles…Tout le monde est invité à participer à l’un des 2200 événements locaux recensés, un nombre en augmentation d’année en année.

La Bretagne est également mobilisée sur le sujet. Des associations locales, des écoles, des clubs sportifs, et des collectivités organisent des opérations, notamment sur le littoral. Des ramassages sont ainsi organisés à Plabennec (29), Lannion (22), Treffiagat (29), Ploemeur (56), Quiberon (56), Piriac-Sur-Mer (44), Batz-Sur-Mer (44), Plevenon (22), Saint-Malo (35)… L’intérieur des terres n’est pas pour autant oublié : plusieurs rassemblement pour ramasser les déchets sont ainsi mis en place sur Rennes (35), La Gacilly (56) ou encore Pontivy (56).

Pour en savoir plus et consulter le programme des ramassages près de chez vous, rendez-vous sur le site https://worldcleanupday.fr/




Au Conquet, les filets de pêche deviennent des lunettes !

Un article repris du magazine Transition Citoyenne au Pays de Brest, une publication sous licence CC by SA.

Les filets de pêche, en matière synthétique, sont une plaie pour l’environnement marin s’ils ne sont pas récupérés. S’ils restent au fond de l’eau ils deviennent de redoutables pièges dormants pour les poissons. Si la mer les rejette on les aperçoit, toute l’année, sur les plages du littoral finistérien (et ailleurs, c’est pareil) sous la forme de petits bouts de cordage plastique, verts, bleus… dispersés par la marée sur le sable où ils pourront rester des dizaines d’années, voire des centaines d’années à se dégrader…

Au Conquet, en 2015, trois jeunes entrepreneurs, designers de formation, ont créé l’entreprise Fil & Fab, une société de recyclage de filets de pêche usagés

Au Conquet (29), les pêcheurs ont adhéré à la démarche de la jeune startup.. Sur le port, chaque semaine, 2,5 tonnes de déchets sont jetées dans une benne pour être recyclés (auparavant ils étaient enfouis ou brûlés !). Les filets de pêche sont réduits en petites fibres, puis mis dans une granulatrice, transformés en pâte, et ensuite extrudés pour en faire des granulés de nylon qui vont servir, eux mêmes à fabriquer en montures de lunettes de soleil !. En deux ans, Fil & Fab a déjà ainsi recyclé dix tonnes de filets dans une matière nommée Nylo® .

En 2020, après toute une série de tests, des nouvelles machines sont achetées . . Au mois d’avril Fil & Fab s’implante à Plougonvelin, dans des locaux mis à disposition par la Communauté de Communes du Pays d’Iroise.. L’aventure continue… Cet exemple réussie d’économie circulaire pourrait faire des émules dans les autres ports bretons et français.

Plus d’infos