Quand les algues se mettent à table… et nous avec !

Elles étaient là bien avant nous, constituant même les premières formes de vie, les algues. Nous allons suivre Tounn Richard, guide-animatrice nature en Trégor côtier finistérien, dans l’une de ses sorties de découverte et cueillette d’algues fraîches, à l’initiative d’Elodie Bertrand et Maylie Caillon, deux étudiantes en BTS Gestion et protection de la nature au lycée de Suscinio à Morlaix. Elles se sont intéressées aux algues, depuis leur cueillette jusqu’à nos assiettes… dans lesquelles nous vous proposons un menu en trois temps. Mais auparavant, quelques mots sur cette ressource alimentaire locale pleine de bienfaits qui suscite un engouement croissant, mais constitue avant tout une inestimable richesse de biodiversité de nos côtes bretonnes, à préserver durablement.

Brunes, rouges, vertes, les algues sont d’une incroyable diversité : 700 à 800 espèces identifiées dans notre région. “La Bretagne est la troisième puissance mondiale dans le domaine des algues en terme de biomasse disponible et récoltée après le Chili et la Norvège” , nous apprend-on dans un reportage de France 3 Bretagne* diffusé il y a trois ans, le Finistère accueillant à lui seul le plus grand champ d’algues d’Europe.

Si désormais elles régalent telles quelles nos palais, nous les avons longtemps utilisées et continuons de le faire abondamment, au gré des découvertes de leurs propriétés et vertus, que nous avons mises à profit dans nombre de nos activités humaines : santé/pharmacologie/cosmétique, usages industriels et agro-alimentaires, etc. Au point de les considérer ces dernières années comme le nouvel or bleu : une ressource naturelle qui comme les autres, est de plus en plus exploitée… et qu’il s’agit évidemment de préserver en développant un sens revisité de la mesure, celui de la parcimonie, alimentée par la connaissance de ces fabuleux organismes vivants.

Cela tombe bien, car connaître, cueillir et cuisiner les algues, c’est l’affaire de Tounn Richard**, guide-animatrice nature près de Plestin-les-Grèves. Nous l’avons suivie dans sa balade-cueillette d’algues fraîches, à l’initiative ce jour là d’Elodie Bertrand et Maylie Caillon, deux étudiantes originaires de Touraine venues en BTS Gestion et protection de la nature au lycée de Suscinio à Morlaix, séduites par cet aliment “gluant mais appétissant !”.

Apprendre à les connaître, à les cueillir…

C’est sur la plage des Sables Blancs de Locquirec, entre deux giboulées de mars, que Tounn Richard et les étudiantes ont donné rendez-vous aux participant.e.s, muni.e.s d’un seau et d’une paire de ciseaux. Durant deux heures, la guide-animatrice nature partage son savoir sur les algues afin de mieux les connaître, les reconnaître, prendre connaissance de la législation, l’état sanitaire de l’estran choisi et surtout les cueillir en respectant de bonnes pratiques qu’elle a consignées dans un mini-mémento distribué à chacun.e. Elle y rappelle ainsi que 99% des êtres vivants de la planète Terre sont dans la mer. Les algues, végétaux marins constituant un des piliers du bon équilibre de la nature.

Parce que l’on constate ces derniers temps un engouement du public pour la cueillette et la consommation des algues, Tounn Richard nous livre ses recommandations de bonnes pratiques : “Il faut tout d’abord, trouver un lieu salubre et autorisé, changer régulièrement d’estran rocheux. Tenir compte bien sûr de la législation concernant quelques algues pour la cueillette, dates ou et tailles à respecter. Lors de la cueillette, couper les algues avec une paire de ciseaux, en grappillant d’une algue à l’autre et en coupant les pointes uniquement”, précise-t-elle.

Ainsi, pour la Porphyra ou Nori, déjà présente à marée basse, il faudra attendre le 1er mai pour sa cueillette (à partir de 25 cm), autorisée jusqu’au 15 novembre. En revanche, la Saccharina latissima ou Kombu royal (à partir de 150 cm) ou encore l’Himanthalia elongata (à partir de 80 cm) peuvent être prélevées toute l’année, en respectant les tailles minimales.

… et à les cuisiner pour s’en régaler

Ensuite, direction nos fourneaux, avec trois recettes culinaires aux algues : entrée, plat, dessert. La première, un tartare d’algues, proposée par l’auteure de cet article ; la seconde effectuée au cours de l’atelier cuisine qu’Elodie et Maylie ont animé en visio à l’issue de la balade, à la mi-mars. Et l’on achève ce repas avec un biscuit moelleux noisettes/algues, concocté par Tounn Richard, recette immédiatement mise à profit et photographiée par la gourmande qui vous écrit.

Tartare d’algues

Ingrédients : algues fraîches ou déshydratées (laitue de mer, laminaire, porphyra/nori, wakamé, dulce), huile d’olive, vinaigre balsamique, jus de citron, câpres, oignons blancs ou échalotes, ail, coriandre, gingembre frais ou mariné, poivre, sauce soja. Quantité non précisée : faites confiance à vos papilles gustatives au fil de la préparation.

Préparation : hâcher finement les algues fraîches avec les oignons blancs ou les échalotes, les lamelles de gingembre, la coriandre. Mélanger aux autres ingrédients. Conserver au frais dans un pot en verre fermé.

Le tartare d’algue se savoure sur des toast de pain, galette de blé noir ou de maïs, sur des feuilles d’endive et au gré de votre imagination.

Samossas riz-algues-petits légumes

fbt

Ingrédients : – mélange d’algues fraîches (ou séchées) – 100 g de riz parfumé – 2 carottes – 5 champignons blancs – cumin, coriandre, sel, poivre – feuilles de brick.

Préparation : faire cuire le riz en ajoutant des fucus dans l’eau de cuisson. Découper les algues fraîches et les champignons en petits morceaux et les carottes en bâtonnets. Mélanger le tout avec le riz et les épices. Etaler sur les feuilles de brick et former des triangles badigeonnés à l’huile d’olive. Enfourner et cuire jusqu’à ce que les samoussas soient bien dorés. A déguster avec une sauce soja.

Moelleux noisettes-algues

Ingrédients : 165g de noisettes en poudre – 80g de sucre complet – 4 œufs – 125 g de beurre salé – 10 g d’algues séchées et broyées.

Préparation : séparer les jaunes des blancs. Mélanger les jaunes avec le sucre puis le beurre fondu, la poudre de noisettes, les algues. Monter les blancs en neige et incorporez-les en douceur. Mettre le tout dans un moule à cake ou à génoise, de préférence en verre ou en terre cuite. Cuisson à 180°, environ 25 minutes.

* https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/brest/finistere-plus-grand-champ-algues-europe-promesses-du-nouvel-bleu-1645578.html

**Contact : TounNature – Tounn RICHARD – 02 96 54 11 51 – 06 79 77 13 45 – bilitounn[@]orange.fr – http://entrepreneurs.cae22.coop/-tounn-richard-.html




Kastell Laouen : une autre vie de château est possible à Suscinio !

A Morlaix, deux collectifs s’unissent et lancent un appel public à souscription pour racheter le Château de Suscinio à la Région et en faire un lieu désirable de transitions écologiques, sociales et solidaires.

En juillet dernier, un collectif de sept jeunes passionné.e.s d’éducation à l’environnement, de sciences, d’art…, diplômé.e.s, pour la plupart, du BTS Gestion et Protection de la Nature au lycée de Suscinio, prenait la plume* pour vous présenter son projet de rachat du Château de Suscinio que la Région met en vente. Avec la volonté farouche “d’agir à notre échelle, partager des valeurs qui nous ressemblent pour construire un avenir qui fait rêver les petits et les grands enfants.” Leur projet : créer un éco-lieu durable ensemble.

Que s’est-il passé depuis ces 8 derniers mois ? Kastell Laouen vous apporte en direct quelques bonnes nouvelles : 

Si vous avez suivi notre aventure, vous avez pu voir que notre projet de rachat du château de Suscinio à Morlaix, a été retenu par la Région. Lors d’une visite du château, la fusion avec un autre projet “Culture Autrement”  nous a paru évidente de part les valeurs et les objectifs communs. En somme, la rénovation de ce lieu, l’accueil du public, le partage de savoirs et la préservation de l’environnement sont pour nous primordiaux.

Culture Autrement est un collectif de 6 personnes impliquées dans l’association “Ipisiti”, qui œuvre dans l’accompagnement artistique depuis plus de 25 ans, et dans l’ingénierie auprès de certains festivals. Exemples : Mom Art (Lannion Trégor Communauté), Les Jeudis des carres des Larrons (Concarneau). C’est lors de la visite organisée par la Région au château de Suscinio en janvier dernier, que la fusion nous a parue évidente. Les valeurs communes, l’approche participative et intergénérationnelle ainsi qu’une volonté d’agir ensemble Pour et Avec la population du Pays de Morlaix nous a amené.e.s à une collaboration. Faire ensemble, c’était un des maîtres-mots de nos deux projets collectifs ! Nous avions les mêmes envies et les mêmes idées sur tous les points ! Une énergie de faire de ce château, un lieu de partage favorisant la transmission des savoirs, la sensibilisation à la biodiversité, à la créativité, à l’art, à l’auto-gestion, à l’autonomie, à l’économie circulaire… Aujourd’hui, c’est donc ensemble que nous voulons mettre en avant ces valeurs qui nous ont réuni.e.s.

En février dernier, un nouveau dossier a été déposé à la Région, ce projet rassemble donc des personnes de divers horizons qui partagent des envies communes : créer un lieu ouvert à tous, un terreau fertile qui permettra la naissance d’une multitude d’alternatives. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur notre tout nouveau site internet

On a encore besoin de vous, plus que jamais ! 

Pour que ce projet puisse voir le jour, votre soutien est primordial. Chaque participation, petite ou grande, aura son importance pour la solidité morale et financière de notre projet. 

Nous sommes à la recherche de souscripteurs à des “parts” dans la future SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) à hauteur de 100 €, de bienfaiteurs, mais aussi de lettres de soutien moral, et de personnes ayant de l’énergie à revendre pour participer à ce projet collectif et humain.  

La décision de faire appel à une aide financière n’a pas été aisée pour nous car nos valeurs sont bien loin de l’attrait économique. Cependant le château de Suscinio est vendu par la Région à un montant que nous ne pouvons assumer personnellement, et ce lieu a pour finalité de devenir un espace collectif et ouvert à tous.
Nous espérons que ce petit bout d’utopie vous fera tout autant rêver que nous, et qu’ensemble nous arriverons à faire en sorte que ce projet humain, collectif et solidaire puisse voir le jour.

De nombreuses nouvelles vont suivre dans les semaines à venir ! Et même on espère de belles surprises !

*/https://www.eco-bretons.info/morlaix-un-eco-lieu-au-chateau-de-suscinio/

https://www.susciniokastelllaouen.com/




Du Pesto à l’ail des ours pour saluer le départ de Monsieur Winter !

Article réalisé avec le concours de Séverine Lafarge, naturopathe*

Pour concocter les deux recettes de pesto que nous vous proposons, les feuilles d’ail des ours ont été cueillies le long de deux petites rivières du Finistère : sur les bords du Camfrout (Pays de Landerneau-Daoulas) par Séverine, sur ceux du Douron (Pays de Morlaix) par Liliane, ma maman. Des cueillettes effectuées en une de ces journées ensoleillées de mars s’en venant, qui donnent furieusement envie de chanter avec Gilbert Bécaud : « Monsieur winter, monsieur winter, monsieur winter, go home!» * Cela ne nous rajeunit guère, mais à chacun.e sa madeleine de Proust ! L’histoire ne nous dit pas si l’hiver s’enfuit devant l’haleine chargée des amateur.e.s d’ail des ours…

Mais avant de découvrir ces deux délicieuses recettes, laissons Séverine nous en conter de bien belles sur l’ail des ours (allium ursinum), autrement connu sous le nom d’ail des bois ou ail à larges feuilles. Outre son savoir, elle s’est appuyée sur La flore forestière tome 1 Plaines et collines et l’encyclopédie libre Wikipédia.

Cette plante herbacée fait partie de la famille botanique des Amaryllidacées, appelée Bärlauch en allemand, aglio orsino en italien, bear’s garlic en anglais (ail des ours) et daslook (ail des blaireaux) en néerlandais, en référence à une légende selon laquelle, après l’hibernation, ces mammifères se mettent en quête de ces feuilles pour se purger.

Elle pousse de mars à juin ( la partie aérienne dessèche en juillet) sous l’ombre des forêts de feuillus aux bords des ruisseaux sur une terre riche en humus. Premières à apparaître les feuilles mesurent jusqu’à 5cm de large et présentent de larges nervures. La tige est anguleuse et présente 2 angles saillants nets. Les fleurs blanches sont réunies en ombelle présentent 6 pétales pointus.

Riche en vitamine C et huiles essentielles sulfurées, l’ail des ours présente des propriétés médicinales identiques à son cousin l’ail cultivé : dépurative, antiseptique, vermifuge, hypotenseur, hypolipémiant, hypoglycémiant.

L’ail des ours a été très utilisé en Europe et en Asie. On peut manger ses feuilles comme légume ou condiment, ainsi que son bulbe mais il est assez coriace, ses fruits jeunes ou ses graines piquantes. Malgré la puissance de leur odeur, leur saveur est délicate avec une note sucrée et agréablement piquante. Ses feuilles se consomment crues dans les salades, se préparent sous forme de pesto et soupe ou comme épice dans des salades, des tisanes. On peut également les cuire comme des épinards, les consommer sur des tartines avec du tofu ou encore dans du yaourt nature, laitier ou végétal. On en fait enfin un beurre assaisonné pour les grillades. Ses boutons floraux (d’avril à juin en France) sont également comestibles. Passé avril, quand les fleurs sont bien présentes, les feuilles deviennent plus amères sans pour autant être impropres à la consommation.

A ne pas confondre lors de votre cueillette avec le muguet (froissez bien les feuilles pour différencier olfactivement la feuille d’ail des ours), l’ail triquètre ou ail à 3 angles ( l’ail des ours ne présente que 2 angles sur la tige), ail naturalisé en Bretagne utilisé plutôt pour l’ornement, qui lui croît sur les talus et présente une feuille peu large. Cette confusion avec l’ail des ours n’est cependant pas dangereuse car l’ail triquètre est propre à la consommation mais moins parfumé que l’ail des ours.

Le pesto à l’ail des ours de Séverine

?180g de feuilles d’ail des ours

?Une poignée d’amandes ou de pignons de pin (environs 90g)

?100g de parmesan

?200ml d’huile olive ou /et colza

?une pincée de sel

On mixe le tout et le tour est joué, à déguster en tartinable ou sur un plat de pâtes.

Séverine rappelle au passage que c’est un excellent vermifuge, protecteur cardiovasculaire et qui “nettoie” le microbiote ….

Le pesto à l’ail des ours de Liliane

Ingrédients : feuilles d’ail des ours fraîchement cueillies – purée d’amande blanche – huile d’olive, soyu, vinaigre balsamique – cumin.

Hacher les feuilles puis incorporer les autres ingrédients et mixer ensuite jusqu’à obtention d’une crème verte onctueuse. Mettre en pot de verre conservé au frais ou congeler pour le plaisir de déguster votre pesto au beau milieu du prochain Monsieur Winter !

* « Mister Winter, Go Home » (Gilbert Bécaud – 1969) : https://www.youtube.com/watch?v=5BAJ8AyfVfU

*Séverine Lafarge, naturopathe : https://www.naturopathefinistere.com/

,




A Morlaix, le Zéro déchet s’invite au micro des jeunes de Carré d’As

Réaliser de A à Z une première émission de radio (on apprend avec plaisir qu’il y en aura d’autres!) et faire découvrir des acteurs du territoire engagés dans une démarche « Zéro déchet » : un joli coup double que voilà pour les six jeunes volontaires actuellement en service civique au sein du dynamique Centre d’action sociale Carré d’As de Morlaix. Eco-Bretons les a suivis dans leur aventure radiophonique.

C’est avec grand sérieux professionnel et bonne humeur que Célia, Maéva, Dylan, Léa, Lucien et Sylvano se sont livrés à l’exercice, non sans trac, sous la houlette de Yann Lever, coordinateur et animateur de “Micros-Ondes & Crustacés”, qui propose des ateliers radios à différents publics “pour encourager l’expression de tous, développer la confiance en soi, raconter et écouter des histoires.”

Minutieusement préparée par nos jeunes reporters-animateurs, l’émission a été enregistrée voilà deux semaines dans les locaux de Carré d’As, dans les conditions du direct. Entre les interviews de deux invités qui se sont succédés au micro, deux petits reportages instructifs auprès de celles et ceux qui pratiquent le Zéro déchet à Morlaix et alentours.

Le premier invité est Mathieu Cirou, co-créateur et co-animateur de l’association Le Repair, une recyclerie de matériaux de construction et d’équipement pour la maison qui a ouvert ses portes depuis cinq mois à Pleyber-Christ (1). Un mini-reportage nous conduit ensuite jusqu’à l’épicerie morlaisienne “Les Jeannettes” (2), face à la place Allende, où Pauline Remeur ne propose que du vrac, qui permet d’acheter la juste quantité au prix le plus juste tout en réduisant le gaspillage et la pollution. « Faire soi-même permet de réduire son budget mais nécessite une bonne organisation», précise-t-elle.

Camille Le Nan, la deuxième invitée, participe avec enthousiasme depuis plusieurs mois au défi “Famille Zéro déchet”, initié et coordonné par Morlaix Communauté, avec de nombreux ateliers (3) proposés tout au long du parcours des familles volontaires pour se former sans jamais négliger le plaisir et la convivialité. Elle y voit beaucoup d’avantages : contribuer à la préservation de la planète, préserver sa santé, réduire son budget (jusqu’à 800 euros d’économies par an), nouer d’autres relations avec les commerces de proximité. Camille entend ainsi contribuer à la démocratisation du vrac pour qu’il devienne accessible au plus grand nombre de personnes.

Enfin, un second reportage présente “En vrac à l’Ouest” qui organise chaque semaine des ateliers Zéro déchet à Carré d’As, avec le témoignage d’une participante convertie au compost et aux produits ménagers faits maison.

L’émission est à écouter sur les ondes de Radio Nord Bretagne les 3 et 6 mars, à 14 h 15, et sur ce lien : https://soundcloud.com/user-538052928/carre-das-saison-3-emission-1

  1. https://www.eco-bretons.info/le-repair-ouvre-ses-portes-a-pleyber-christ-29/
  2. https://www.eco-bretons.info/jeannettes-epicerie-local-sans-dechet-morlaix/
  3. https://www.eco-bretons.info/defi-famille-zero-dechets-atelier-fabrication-de-creme-de-jour/




Accélérons les transitions en Bretagne : un appel à mobilisation générale

Dans une lettre ouverte aux élu.e.s du Conseil Régional et des intercommunalités de Bretagne, des acteurs associatifs FBNE/Fédération Bretagne Nature Environnement, Réseau Bretagne Solidaire, Agir pour le Climat-Bretagne, Réseau Cohérence appellent ces dernier.e.s à une mobilisation générale et à de nouvelles coopérations avec les acteurs des territoires, pour accélérer les transitions.

En cette fin d’année le Conseil Régional de Bretagne livre sa copie du budget 2021 et du fameux Sraddet (NDLR : schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire) sur lequel nos associations ont travaillé dans le processus BreizhCop depuis 4 ans. Ce schéma constituera le cadre de l’action des territoires en terme d’aménagement face au dérèglement climatique, à l’extinction de la biodiversité, à la reconquête de la qualité de nos ressources naturelles. Certes nous sommes déçus car nous espérions une rupture plus franche, avec de fortes règles actant notamment la fin à court terme de la consommation de foncier sur les terres arables et naturelles et sur des moyens importants donnés à la régénération écologique. Nous comprenons que la dynamique dépendra de la volonté des territoires, portée par les présidents d’intercommunalités que nous interpellons fortement aujourd’hui.

La pandémie a conforté l’incertitude sur l’avenir, percutant de plein fouet les bases de nos économies. Elle a aussi renforcé la prise de conscience de l’urgence des enjeux climatiques, environnementaux et démocratiques. Albert Einstein disait «la folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent». C’est le moment de réagir et d’enclencher un renouveau breton, sur d’autres bases. Les moyens des plans de relance et des budgets régionaux,nationaux et européens doivent servir la transformation de nos modèles et impliquer tous les acteurs des territoires.

En juin dernier, nous avons lancé un appel aux élus bretons: «Pour une Bretagne résiliente, solidaire et vivante face aux crises (1)». Cette tribune rassemble aujourd’hui 1278 personnes/structures dont 56 entreprises, 9 syndicats, 9 collectivités, 186 associations et portés par des personnalités qualifiées dont Nicolas Hulot, Gilles Boeuf et de nombreux chercheurs. Il demande de conditionner et d’orienter les financements de la relance pour répondre aux enjeux climatiques /écologiques et sociaux. Il offre aussi d’oser la coopération. Car si les transitions supposent une volonté politique forte, elles requièrent aussi une coopération renforcée entre tous les acteurs.La mobilisation doit être générale pour co-construire demain ensemble. Déjà de très nombreux acteurs économiques, qu’ils soient citoyens, entreprises, associations ou collectivités sont prêts à s’engager. Parmi les bases indispensables dans chaque territoire pour tracer l’avenir de la Bretagne:- Se fixer des objectifs et des plans d’action ambitieux inclus dans les «Pactes Région Territoire d’engagement dans les transitions» et dans les «Conventions Opérationnelles thématiques» comme dans le cadre des Contrats de Transition Ecologique (CTE), PCAET, PAT (Plans Alimentaires Territoriaux), Atlas de la Biodiversité, SCOT, PLUI, PLU, Parc Naturels Régionaux, Trame Verte et Bleue … dans une démarche partagée et concertée avec tous les acteurs.- Se mettre en accord avec les objectifs des accords de Paris, la Stratégie Nationale Bas Carbone II et les nouvelles ambitions européennes de réduction de 55% des Gaz à Effet de Serre à l’horizon 2030.- Promouvoir un grand plan d’installations agricoles basées sur l’agro-écologie et le bio, en respectant le lien au sol,optimisant les services écologiques de l’agriculture et créateur d’emplois.- Prolonger le développement des circuits courts en mettant fin à notre dépendance par rapport aux importations d’oléagineux en mettant en place des contrats de territoire avec les agriculteurs pour une culture locale..- Développer les projets d’énergies renouvelables locaux, sobres en carbone et utilisation des terres, basés sur l’autoconsommation et partagés entre collectivités, entreprises et citoyens.- Travailler en coopération renforcée avec les associations environnementales et de transition écologique et solidaire pour accélérer et optimiser la définition et la mise en œuvre des plans d’action Il est temps de tous se mobiliser, nous, partenaires associatifs, sommes vigilants et exigeant pour la réalisation de ces objectifs. Nous sommes prêts à de nouvelles coopérations avec les acteurs des territoires, pour accélérer les transitions!

(1) 1- Pour une Bretagne résiliente, solidaire et vivante face aux crises (fbne.bzh