« Nouveau Monde », un road-movie écologique à voir sur Internet

« Nouveau Monde », c’est le nom d’un road-movie écolo, réalisé par Yann Richet. Pendant 4 ans, il est parti à la découverte d’initiatives de transition (économie circulaire, Fablab, villes en transition…) en France. A visionner gratuitement jusqu’au 28 janvier sur le site du Greenpeace Film Festival !

Durant 4 ans, Yann Richet, père de deux enfants, a parcouru la France à la recherche des initiatives locales formant le « nouveau monde », un monde meilleur pour sa progéniture, dans le contexte actuel de crise, de pessimisme ambiant, et de craintes exacerbées pour le futur. « Pollution, chômage, inégalités, crise financière, réchauffement, malbouffe, pillage des ressources, tensions sociales, désaveu de la politique, radicalisation…[… ] Qu’est ce que je vais leur raconter à mes enfants, moi ? », s’interroge ainsi le réalisateur au début du film. Qui découvre alors que bien des alternatives sont d ‘ores et déjà en place, imaginées par des citoyens, des élus, des entrepreneurs…

Le film devient alors un « road movie ». Armé de sa caméra, Yann Richet part à la rencontre de ceux qui imaginent le « nouveau monde », grâce notamment à Internet et aux nouvelles technologies. Il part ainsi à Loos-En-Gohelle dans les Hauts-De-France, 6500 habitants et ville-pilote du développement durable. De rencontres en recontres, il découvre l’institut Respire, spécialisé dans l’économie circulaire, lors d’un colloque à Fos-Sur-Mer, le bio-mimétisme avec l’exemple de la phytoépuration, des spécialistes de l’intelligence collective, s’inspirant des abeilles, dans le Var, le milieu des « makers », Fablabs et du Do It Yourself, notamment dans le secteur agricole avec l’Atelier Paysan dans les Alpes, les Incroyables Comestibles, les potagers collectifs en mileux urbains, les monnaies locales, le revenu de base…

Ce qui relie toutes ces initiatives, c’est avant tout la mise en avant de l’humain et la création de lien social. Même si le film « survole » certains sujets et n’approfondit pas tout, il donne un premier aperçu, utile pour les néophytes, sur le grand mouvement des transitions. Une jolie respiration, qui redonne espoir.