L’idée sortie. Nous voulons des coquelicots

Ce vendredi, comme chaque premier vendredi du mois, des citoyens se rassemblent sur les places des villes et villages pour réclamer l’interdiction des pesticides en France, dans le cadre de l’appel «Nous voulons des coquelicots ». De nombreux rendez-vous sont organisés en Bretagne.

« Nous voulons des coquelicots », c’est le nom de l’appel à la mobilisation citoyenne lancé par Fabrice Nicolino, journaliste et chroniqueur à Charlie Hebdo et La Croix, et François Veillerette, porte-parole de l’association Générations Futures. Leur objectif : appeler le gouvernement à une interdiction totale des pesticides de synthèses, grâce à une mobilisation citoyenne qui ambitionne de récolter 5 millions de signatures en 2 ans.

L’Appel a été lancé officiellement le 12 septembre 2018. Il a été soutenu par différentes personnalités : Yann Arthus-Bertrand, Allain Bougrain-Dubourg, Claude et Lydia Bourguignon, Gilles Clément, Francis Hallé, Joël Labbé, Pascal Légitimus, Pierre Rabhi, Marie-Monique Robin, Gilles-Eric Seralini, la chanteuse Emilie Loizeau…

Chaque mois, les citoyens sont invités à se réunir le même jour et à la même heure sur les places des villes et villages pour dire non aux pesticides. Tous les premiers vendredis du mois à 18h, des rassemblements sont ainsi organisés un peu partout en France.

En Bretagne, de nombreux rendez-vous sont programmés ce soir. Dans les grandes villes comme Brest, Rennes, ou Nantes, mais aussi dans les villes de tailles moyennes comme Morlaix, Pontivy, Douarnenez, Saint-Nazaire…et dans de petites communes comme Saint-Rivoal (29), Melrand (56), Saint-Aignan (56), Glomel (22), Plaintel (22), Langonnet (56)…

Tous les rassemblements sont visibles sur une carte, en ligne sur le site nousvoulonsdescoquelicots.org