Entre art, science et territoire, regards croisés avec Les Moyens du bord sur le monde rural et ses mutations

Entre art, science et territoire, regards croisés avec Les Moyens du bord sur le monde rural et ses mutations
image_pdfimage_print

A Morlaix, l’association Les Moyens du bord se consacre depuis ses débuts, en 1998, à promouvoir et faire reconnaître l’art et les artistes plasticien.ne.s contemporain.e.s auprès de tous les publics. Très attachée à sa mission d’éducation populaire – fortement affirmée par ses fondateurs, Virginie Perrone et Bertrand Menguy, elle collabore régulièrement avec des acteurs locaux du social et de l’éducation à travers la mise en œuvre d’actions de médiation entre artistes et habitant.e.s. Volontairement ouverte à des esthétiques et des pratiques artistiques différentes, venant autant d’artistes au parcours déjà affirmé que de jeunes artistes, Les Moyens du bord porte une attention particulière à la relation au territoire, à celles et ceux qui l’occupent autant qu’à celles et ceux qui le découvrent.

Elle s’attache ainsi à faire vivre son projet culturel dédié plus particulèrement aux arts visuels et à leurs pratiques dans le Pays de Morlaix. La réputation de son Salon Multiples sur la petite édition d’artiste – qui en est à sa 17ème édition – se taille un franc succès auprès d’un large public, tant local qu’hexagonal.

Le siège de l’association se niche depuis dix ans dans la Cour des artistes de l’ancienne Manufacture des tabacs, laquelle est devenue un lieu hybride de production culturelle qui monte qui monte… depuis l’arrivée des SE/cW (Cinéma la Salamandre, théâtre de l’Entresort / Catalyse avec le Centre national pour la création adaptée et Wart avec son célèbre festival de musique Panoramas) et bientôt… un espace des Sciences qui n’aura rien à envier à son voisin rennais.

Croiser les regards entre « Art, science et territoire »

En résonance avec le biotope occupé, l’équipe permanente féminine des Moyens du bord a concocté pour 2022 une programmation où des ponts fort pertinents ne cessent justement de s’établir entre « Art, science et territoire », générant des croisements de regards féconds. Car en observant, étudiant et interrogeant le territoire, notion polysémique s’il en est, la science et l’art nous permettent en effet de l’appréhender de façon plus riche, à la fois très différente et complémentaire, chacun.e avec son prisme et son langage.

« A travers leur relation particulière au monde, artistes et scientifiques nous présentent leurs visions singulières d’une société globalisée. Nous souhaitons mettre en avant les liens qui existent entre deux domaines jusqu’à présent très éloignés l’un de l’autre et examiner de façon poétique et sensible nos paysages urbains, maritimes ou ruraux », précise Clémence Richard, chargée de programmation et de médiation aux Moyens du bord.

Un monde rural en mutations profondes

L’idée de programmer un temps-fort avec comme thématique la « Ruralité » est venue suite à l’exposition d’Elodie Cariou « Impression Rurale » (https://lesmoyensdubord.wordpress.com/impression-rurale/), présentée entre décembre et janvier dernier. Le travail de gravure et de performance d’Élodie Cariou est lié à son environnement, le terrain agricole de son père. « C’est à travers cette exposition que nous avons décidé d’approfondir la notion de territoire rural et de mettre en avant les questions que cela soulève. En partant de la définition d’un territoire qui est une « étendue de terre, plus ou moins nettement délimitée, qui présente généralement une certaine unité, un caractère particulier », nous nous sommes demandé quelles sont les délimitations des territoires paysans et quelle est la population qui l’habite. Face à une société en perpétuel mouvement, la cohabitation entre ruraux, néo-ruraux et urbains agite les esprits, à l’aune d’enjeux écologiques devenus incontournables», poursuit Clémence Richard.

Avec cette volonté de croiser les regards scientifique et artistique et de questionner les représentations, l’équipe et quelques bénévoles se sont plus particulièrement intéressés à deux thématiques qui seront explorées avec le public sous la forme de deux tables-rondes, avec deux intervenants chacune.

Table-ronde 1 : Regards sur le monde rural – Vendredi 22 Avril 2022 à 18h (sur réservation)

Notamment connu pour ses terres paysannes, le territoire breton a bien évolué entre hier et aujourd’hui. Entre globalisation, mécanisation et agriculture biologique, ce milieu se transforme à l’image de notre société. Lors de cette table-ronde, nous vous proposons de discuter autour de la représentation actuelle de cet environnement.

1er intervenant : Damien Rouxel

« Fils d’agriculteurs, Damien Rouxel a grandi à la ferme. Il connaît la dureté, les codes, les outils, le langage du monde paysan. Son travail plastique vise à une réappropriation de la ferme pour la transformer en un terrain de jeu où les animaux, ses parents et sa sœur, les machines, les outils et tout ce qui constitue l’environnement de travail deviennent le décor et les acteur.trice.s de ses mises en scène. » Julie Crenn, Biennale de la Jeune Création, 2018

2ème intervenant : Damien Deville

Damien Deville est géographe et anthropologue de la nature, enseignant à l’Université catholique de l’Ouest. Il cultive une pensée qui cherche à questionner l’individualisme et l’anthropocentrisme en repensant le lien à l’autre. Ainsi ,il étudie l’évolution des territoires ruraux et urbains, dans des perspectives à la fois très locales et plus globales. Franco-burkinabé, ses expériences en Afrique de l’Ouest éclairent son présent en Occident. En parallèle de ses recherches, il copréside la fédération de l’Archipel des alizées. Il est l’auteur de Toutes les couleurs de la Terre et L’homme qui arrêta le désert aux éditions Tana, et Entendre la Terre aux éditions du Pommier. »

Table ronde 2 : Eco-responsabilité, quels enjeux pour le monde de demain ? Samedi 23 avril à 18h (sur réservation)

Cette deuxième table-ronde vous invite à explorer les évolutions qu’impliquent le réchauffement climatique et la question écologique autant dans le monde rural que celui de l’art. Ainsi, à travers la réutilisation de matériaux, l’emploi de matières organiques ou encore le retour à des techniques plus traditionnelles, la prise de conscience de la responsabilité collective est présente au coeur de ces deux domaines

1er intervenant : Louis Guillaume

Son processus s’est développé autour de la récolte de matière en fonction des saisons. Chaque mois ou période de l’année, une matière devient accessible en fonction du temps, de la floraison ou des intempéries. Pour cette méthode de recherche en lien avec le vivant, après avoir obtenu son diplôme à l’Eesab Rennes, Louis Guillaume à été nominé au Prix Coal2020 sur « le vivant et la biodiversité »…

2ème intervenant : Yann Loc’h

Yann s’est installé à Huelgoat en 2009 en tant que paysan boulanger avec sa compagne. Leur ferme est diversifiée pour plus de cohérence et de résilience. Ils maîtrisent toutes les étapes de transformation : de la culture des céréales à la vente de leurs pains en passant par la mouture. Persuadé qu’il n’y a que l’agroécologie qui peut permettre un monde vivable, il est engagé depuis le début en AB et depuis dix ans chez Nature et Progrès dont il est coprésident de la branche locale depuis 2 ans.

Gratuit sur réservation au 02 98 88 25 62 ou par mail à lesmoyensdubord.mdb@gmail.com

Crédit photo : Damien Rouxel.

http://lesmoyensdubord.wordpress.com/

https://www.facebook.com/Les.Moyens.du.Bord.Morlaix

 

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez désormais le partager !

Laurence MERMET

Défiler vers le haut