[Défi familles zéro déchet] Atelier vaisselle chez Au Fil Du Queffleuth et de la Penzé

[Défi familles zéro déchet] Atelier vaisselle chez Au Fil Du Queffleuth et de la Penzé
image_pdfimage_print

Nouvel atelier pour les familles du Défi ce mercredi après-midi, au sein des locaux de l’association Au Fil du Queffleuth et de la Penzé à Pleyber-Christ. Au programme : fabrication de tawashi et de « cake vaisselle » !

 

Hier après-midi, les familles avaient rendez-vous avec Emilie, animatrice au sein de l’association Au Fil du Queffleuth et de la Penzé. Objectif de cette session : fabriquer un tawashi grâce à du tissu de recup’, et concocter un « cake vaisselle », alternative économique et écologique au liquide vaisselle.

 

1. La fabrication du tawashi

Cette éponge « zéro déchets » et « Do It Yourself » est originaire du Japon. Très simple à fabriquer, elle permet d’utiliser du tissu de récupération : des manches de pull, des vieilles chaussettes orphelines, ou encore des jambes de leggings. Les avantages de son utilisation sont donc nombreux : c’est plus économique, on réutilise ces vieux vêtements, on peut le faire soi-même, et on allège sa poubelle, car elle a en plus une durée de vie plus importante que les éponges du commerce !

 

Mode d’emploi de fabrication du tawashi, par Au Fil du Queffleuth et de la Penzé :

 

Il vous faut :

  • une planche de bois (au minimum de 15 x15 cm)
  • Vingt clous de 4-5 cm et un marteau
  • Du tissu (manches, chaussettes, jambes leggings…)
  • Une règle
  • Un crayon à papier
  • Une paire de ciseaux à tissu
  • On commence par tracer un carré de 14cm de côté

 

 

  • On marque ensuite des points à 3, 5, 7, 9 et 11 cm de chaque côté du carré.
  • On plante ensuite des clous sur tous les points marqués
  • On découpe ensuite dans le tissu qu’on a des bandes afin d’obtenir 10 bracelets bien élastique de tissu, de 3 cm environ de largeur
  • Ensuite, on enfile une rangée de 5 bracelets sur le métier à tisser
  • On tisse avec les 5 bracelets restants (dessous-dessus)

 

  • On rabat ensuite les mailles : il faut pour cela prendre la dernière maille d’un coin du carré, la passer dans la maille de gauche, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une maille qui servira d’accroche.

 

Et voilà !

 

i on veut réaliser un tawashi plus grand, c’est possible. Mais attention, il faut du tissu de longueur adéquate !

 

 

2. La fabrication du cake vaisselle

Pour accompagner le tawashi, Emilie a également appris au groupe à réaliser facilement un « cake vaisselle », un produit vaisselle solide qui dure plus longtemps.

 

Les ingrédients :

  • 250g de SCS (Sodium Coco Sulfate)

    Ce tensioactif, dérivé chimique de l’huile de coco, a un pouvoir détergent (lavant et moussant). Attention, il est irritant. Il faut porter des gants, des lunettes, et un masque de protection lorsqu’on l’utilise pour une préparation. Si on est en intérieur, mieux vaut aérer la pièce.

  • 30g d’eau
  • 20g de cristaux de soude
  • 40 gouttes d’huile essentielle
  • Une balance de cuisine

 

Préparation

-Au bain-marie, faire fondre le SCS avec l’eau. Mélanger en écrasant avec un pilon ou une cuillère en bois.

 

  • Ajouter les cristaux de soude, et mélanger à nouveau
  • Ensuite, rajouter les huiles essentielles (40 gouttes). Ici, on en a utilisé deux : menthe et citron.

 

  • On retire du feu quand le mélange a bien pris, et on peut transvaser dans des petits pots en verre avant de laisser reposer et refroidir.

 

Variante de la recette :

Avec cette fois 11g de SCI (un autre tensioactif, dérivé là aussi de l’huile de coco, Le Sodim Cocoyl Isetionate), 20 ml de vinaigre blanc, 1 cuillère à soupe de cristaux de soude, et 20 gouttes d’huiles essentielles.

 

 

L’association Au Fil du Queffleuth et de La Penzé

L’association, basée à Pleyber-Christ, existe depuis 1992. Elle propose des animations tous publics à la découverte du patrimoine naturel et culturel du Pays de Morlaix (balades nature et patrimoine, chantiers de bénévoles, ateliers créatifs). Elle s’occupe également de travaux d’entretien et de gestion des sentiers de randonnées, de réhabilitation de zones humides. Elle travaille aussi sur la conception de supports de découverte du patrimoine : expositions, publications, inventaires…Et propose des animations et interventions sur des thèmes liés au développement durable (déchets, jardinage au naturel, énergies renouvelables…).

 

 

Vous avez aimé cet article? Vous pouvez désormais le partager !

Marie-Emmanuelle Grignon

Défiler vers le haut