A la rencontre des services civiques de la maison de l’ESS de Morlaix

En quoi consiste le Service Civique ? Pour le savoir nous sommes allés rencontrer deux jeunes en Service Civique à Kerozar, à la maison de l’économie sociale et solidaire. Ils sont chargé au sein de l’ADESS de développer des animations et des actions de communication. Ils nous expliquent en quoi consiste leur mission.

Qu’est-ce qu’un Service Civique ?

Le Service Civique s’adresse à tous les jeunes de 16 à 25 ans. C’est une mission d’intérêt général, un engagement basé sur le volontariat d’une durée de 6 à 12 mois. On peut le faire dans plusieurs domaines : solidarité, santé, éducation pour tous etc…Cette expérience est rémunérée (environ 570 euros/mois).

Le Service Civique offre l’opportunité de s’engager et d’accomplir une mission. Cet engagement permet d’améliorer sa confiance en soi, de valoriser son dossier pour rentrer dans des écoles et il permet également de faciliter son entrée dans le monde professionnel. Il est possible de quitter son Service Civique si on trouve un emploi.

Au niveau national, c’est l’Agence du Service Civique qui est chargée de piloter le dispositif. Il n’est pas possible d’effectuer plusieurs Services Civiques. Une formation de deux jours prise en charge par l’association ou la collectivité est choisie par le volontaire afin d’acquérir des connaissances sur des thèmes variés.

Il existe aussi le Service Volontaire Européen (SVE)  pour les personnes entre 18 et 30 ans. Sa durée peut être de un an dans un État de l’Union Européenne. Pour effectuer ce stage, il faut avoir un bon niveau d’anglais. L’indemnité quant à elle, est plus faible que celle du Service Civique. On peut également  faire un SVI (Service Volontaire International), la rémunération est plus élevée mais il est plus difficile d’y accéder, notamment à cause des demandes importantes et du niveau d’étude demandé.

Pour plus d’info: www.service-civique.gouv.fr

Portrait de deux Services Civiques d’ADESS

Clément Caroff:

Je suis originaire du Pays de Morlaix, j’ai 22 ans, j’ai fait un bac STMG (Science et Technologies du Management et de la Gestion) et deux années de licence d’économie et gestion. Mais je me suis rendu compte que le théorique ne me convenait pas donc j’ai suivi des formations dans le domaine de l’économie et la gestion et j’ai effectué des stages. Puis je me suis penché sur l’ idée de faire un Service Civique et j’ai trouvé l’ADESS: Association de Développement de l’Économie Sociale et Solidaire située à Kerozar. Ce Service Civique m’a permis de mieux connaître le réseau associatif de la région et de faire quelque chose de concret.

Dans l’association, je m’occupe de l’événementiel et de la communication de l’association via les réseaux sociaux. Pour la suite je pense faire un BTS GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Organisations) ou GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations). Pour l’instant le Service Civique m’a apporté de nombreuses connaissances et un réseau qui va faciliter ma recherche de travail.

Théo Hamard

Peux tu te présenter ?

J’ai 23 ans, je suis étudiant à l’institut d’administration des entreprises de Rouen, en master 1 management des PME et des entreprises sociales et solidaires.

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai d’abord fait un bac Science Technique de l’Ingénieur (STI) et ensuite un DUT carrière sociale puis une licence professionnelle Gestion des organisations d’économie social et solidaire à Quimper.

Quelles étaient tes motivations au départ ?

J’ai souhaité me lancer dans ce Service Civique pour me sentir utile à la société, je n’avais pas envie de travailler dans une entreprise qui a pour seul but de s’enrichir. J’ai réalisé des stages dans l’associatif et j’ai bien aimé ce lieu de travail.

Quel est ton rôle au sein de l’ADESS ?

Au sein de l’ADESS j’aide les employés durant leurs tâches quotidiennes, je dois aussi organiser le mois de l’ESS (Économie Sociale et Solidaire) pour novembre et également organiser un événement festif pour le départ en vacances des salariés. Je dois organiser un événement récréatif pour que les structures se rencontrent entre elles et je dois aussi aller voir les partenaires de l’ADESS afin de connaître leurs besoins et les inciter à participer au mois de l’ESS.

Qu’envisages tu de faire ensuite ?

Après ce stage je continue mon master mais pour cette 2e année il faut que je trouve une alternance.

En prenant un peu de recul, qu’est ce que t’a apporté le Service Civique ?

Le Service Civique m’a apporté beaucoup de connaissances concernant l’entreprenariat sociale.

 

Baptiste Bertrand qui est chargé de l’économie circulaire à l’ADESS nous parle du Service Volontaire Européen .

J’ai fait un Service Volontaire Européen qui m’a permis de partir un an en République Tchèque. Il y a énormément d’associations différentes. Dans ce service j’ai été animateur environnement en République Tchèque. Ce service (SVE) concernait surtout des projets sociaux, médicaux-sociaux et environnementaux. Pour effectuer ces missions il faut un minimum de connaissance en anglais. Les organismes d’accueils nous fournissent un logement et donne une petite indemnité, moi j’avais 90 euros par mois. Ceux qui le souhaitent peuvent avoir des cours de langue.

L’avantage c’est que l’association d’envoi se charge de tout l’administratif. Lorsque les pays sont beaucoup demandés, il est difficile de trouver une mission.

 

Tanguy Coat

J’ai 26 ans. J’ai fait un bac STI (Science Technique de l’Ingénieur option productique), ensuite j’ai fait un BTS dans la conception des produits industriels, puis une licence pro en gestion de produits industriels. Et j’ai dernièrement réalisé une licence professionnelle en éco-conception. L’objectif de mon Service Civique était de découvrir le monde associatif pour trouver des parcelles afin de travailler dans les métiers de l’environnement. Si j’ai effectué mon Service Civique c’était pour apporter mes connaissances en terme de technologie aux associations. J’ai réalisé mon Service Civique avec le journal en ligne Eco-Bretons. J’étais chargé du soutient de communication et de l’organisation des événements. Je souhaite reprendre mes études pour devenir ingénieur technique en parc éolien

Auteurs : Le kyste à Nanard